Intolérance au lactose

Symptômes de l'intolérance au lactose

 

Le lactose est un disaccharide, c'est-à-dire un sucre "double" que l'on retrouve dans le lait et ses dérivés.

Son assimilation se réalise dans l'organisme au niveau de l'intestin grêle et est conditionnée par la présence d'une quantité suffisante de lactase intestinale qui est une enzyme digestive.

La lactase hydrolyse, c'est-à-dire scinde le lactose en ses deux sucres digestibles constitutifs, le glucose et le galactose, qui sont alors résorbés.

Les personnes qui sont intolérantes au lactose ne produisent pas ou pas suffisamment de lactase (alactasie partielle ou totale). Par conséquence, le lactose passe dans l'intestin sans avoir été digéré et sa présence provoque des troubles gastro-intestinaux (cf. symptômes).

 

 

Intolerance au lactose

 

Les symptômes les plus courants de l'intolérance au lactose sont:

 - des ballonnements
 - des diarrhées 
 - des douleurs abdominales
 - des crampes abdominales 
 - des vomissements (surtout chez l'enfant) 
 - la constipation

La plupart des personnes intolérantes au lactose ne souffrent que d'un ou de deux de ces symptômes. Ces troubles peuvent apparaître dans certains cas déjà 15 - 20 minutes après l'ingestion d'aliments contenant du lactose ou se manifester après quelques heures, voire seulement le lendemain. En fonction de la quantité de lactose absorbé et de la sévérité de l'intolérance, ils peuvent durer jusqu'à plusieurs jours.

A côté des ces symptômes spécifiques de l'intolérance au lactose, la littérature spécialisée mentionne également une série d'autres troubles dont l'origine est attribuée au lactose par les patients. Entre autre, il s'agit de fatigue chronique, humeur dépressive, membres douloureux, vertige, maux de tête, abattement, troubles de concentration, eczéma. L'apparition et l'ampleur des symptômes dépendent de plusieurs facteurs.

Le degré de l'intolérance qui diffère d'un individu à l'autre en fonction de la production plus ou moins insuffisante, voire absente de lactase par l'organisme, revêt évidemment une importance primordiale. La quantité des aliments se trouvant déjà dans le système digestif et la forme sous laquelle le lactose a été ingéré influenceront également sur la survenance des troubles gastro-intestinaux. Le lactose est en principe mieux toléré s'il est consommé en même temps que d'autres aliments. La composition de la flore intestinale, l'état physique et psychologique de l'individu auront aussi un impact sur la sévérité des troubles.

 

 

Les solutions en cas d'intolérance au lactose

Les solutions en cas d'intolérance au lactose

Quelles sont les solutions en cas d'intolérance au lactose?

 

A défaut d'un traitement permettant de "guérir", c'est-à-dire de rétablir la production de lactase, le moyen le plus sûr pour éviter les troubles générés par l'intolérance au lactose consiste évidemment à exclure le "sucre du lait" de son alimentation. Malheureusement ce n'est pas aussi facile qu'il y paraît! En effet, le lactose est souvent présent là où on l'attend le moins: charcuterie, articles de boulangerie, potages, jus de fruits, céréales de petit-déjeuner et médicaments qui comportent fréquemment le lactose comme excipient.

 

Il est donc nécessaire de jeter un coup d'oeil sur la composition des produits alimentaires. Ce qui complique les choses pour les personnes intolérantes au lactose c'est qu'une composante d'un produit peut être elle-même constituée de plusieurs ingrédients sans que ces derniers soient mentionnés sur l'emballage (par exemple: préparation de fruits, caramel, etc.). En outre, selon certaines législations, il n'est pas nécessaire de déclarer comme ingrédient le lactose s'il ne dépasse pas un certain pourcentage. Lorsque le lactose est utilisé comme excipient, il n'est pas non plus mentionné sur l'emballage.

 

Supprimer toute source de lactose n'est donc pas évident. La plupart des intolérants au lactose souffrent cependant d'une carence partielle en lactase et non d'une absence totale de cette dernière. Il est donc nécessaire de se faire une idée approximative de sa propre tolérance au lactose en consommant des produits laitiers et en observant ensuite l'apparition des symptômes. En faisant des essais individuels, il ne faut pas oublier que la sévérité des symptômes dépend de la quantité de lactase intestinale résiduelle, de la quantité de lactose consommée et des conditions d'ingestion (par exemple si le lactose est ingéré à jeun, avec ou sans autres aliments). Ceci explique que les symptômes peuvent varier de façon importante non seulement suivant les individus, mais également d'un moment à un autre. Les personnes avec une carence partielle en lactase peuvent donc privilégier la consommation d'aliments pauvres en lactose: yaourts "maison" (pas d'adjonction de poudre de lait dans le but d'augmenter la matière sèche), fromage à pâte dure, lait à teneur réduite en lactose par l'utilisation d'une lactase microbienne qui hydrolyse. Certains conseillent de boire des laits aromatisés, de consommer les produits laitiers accompagnés d'un autre aliment...A chacun de trouver ce qu'il tolère.

 

Pour ceux qui souffrent d'une intolérance au lactose sévère, l'exclusion du lactose de leur alimentation est la meilleure solution. Depuis qu'il existe des laits et yaourts délactosés, du fromage sans lactose, ainsi que de nombreux produits de substitution (produits à base de soja, laits végétaux), un régime sans lactose est devenu plus facile à réaliser et n'entraîne plus autant de privations.

 

Une autre solution consiste à corriger la quantité déficitaire de lactase par un apport en lactase synthétique. De tels compléments sont à prendre une demi-heure avant un repas "à risques" ce qui permettra en principe une digestion normale de produits contenant du lactose. Certaines personnes ont quotidiennement recours à l'apport de lactase sous forme de comprimés, poudre ou gouttes, d'autres ne choisissent cette solution que lors de repas au restaurant ou à l'occasion d'invitations où il n'est pas toujours aisé d'éviter la consommation de lactose. A partir du moment où on connaît l'origine de ses troubles, que l'intolérance au lactose est diagnostiquée, il est donc tout à fait possible de vivre "normalement" et d'apprécier même les joies de la cuisine.

 

Teneur en Lactose de différents aliments

 

Aliment 100 g Teneur en lactose
Beurre 0.6 g
Camembert 0,1-1,8 g
Charcuterie 1,0-4,0 g
Cottage cheese 3,3 g
Crème à café 3,8 g
Crème aigre 10 % 3,3 g
Crème dessert 2,8-6,3 g
Crème entière (pasteurisée ou UHT) 3,1 g
Crème fouettée 10% 4,05 g
Crème fouettée 30% 3,3 g
Crème fraîche 2,5 g
Crème glacée 6,7 g
Demi-crème pasteurisée 3,3 g
Demi-crème UHT 3,7 g
Double crème 2,5 g
Edam 45% 2,0 g
Emmenthal 0,1 g
Fomage de brebis 0,1 g
Fondue au fromage 1,8 g
Fromage à raclette 0,1 g
Fromage blanc 10-70% 2,0-4,0
Glace à la crème 5,1 - 6,9 g
Glace de yaourt 5,1-6,9 g
Kefir 3,5-6,0 g
Lait condensé 10 % 12,5 g
Lait condensé 7,5 % 9,2 g
Lait condensé sucré 10,2 g
Lait condensé sucré maigre 12,8 g
Lait de brebis 4,6-5,4 g
Lait de chameau 3,3-5,0 g
Lait de chèvre 4,1-4,7 g
Lait écremé 5,0 g
Lait entier 3,5 % 4,8 g
Lait entier en poudre 38,0 g
Lait maigre en poudre 52,0 g
Margarine 0,0-1,0 g
Mozzarella 0,1-1,1 g
Parmesan 0,05-3,2 g
Ricotta 0,2-5,1 g
Riz au lait (1 portion) 18,0 g
Roquefort 2,0 g
Séré 20% 2,7 g
Séré 40% 2,6 g
Séré à la crème 3,1 g
Spaghetti carbonara (1 portion) 7,0 g
Tilsit 45% 2.0 g
Yaourt à base de lait 1,5% 4,1 g
Yaourt à base de lait 3,5% 4,0 g
Yaourt nature 3,2 g