L’intolérance au lactose - symptômes - traitements - régimes - prise en charge

Présentation de l’intolérance au lactose

Qu’est-ce que le lactose ?

Intolérance au lactose - Valpiform

Définition

Caractéristique du lait, le lactose est un sucre complexe, c’est-à-dire un ensemble de plusieurs sucres associés. Il est également présent dans tous les dérivés laitiers à savoir les beurres, les fromages…

Digestion du lactose

Ce sucre est digéré au niveau de l’intestin grêle grâce à une enzyme spécifique, la lactase (produite dans la partie haute de l’intestin).

Le mécanisme de digestion est relativement simple. En présence de lactase, ce sucre est coupé en 2 composants : 2 sucres simples, à savoir le glucose et galactose. Ces derniers sont alors assimilés de façon physiologique par l’organisme.

Mécanismes de l’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose a pour origine une insuffisance ou une absence de lactase et peut être à vie ou temporaire.

Absence ou insuffisance en lactase

« L’intolérance se matérialise par la non-digestion du lactose. »

Dans certains cas, relativement rares tout de même, l’organisme est incapable de produire la lactase. Une défaillance génétique empêche sa synthèse. Cette enzyme, primordiale à la dissociation du lactose en glucose et galactose, est totalement absente, la dissociation n’a plus lieu. La personne est alors incapable d’intégrer le lactose : elle est déclarée intolérante.

L’absence de l’enzyme n’est pas la seule cause à cette intolérance. En effet, l’enzyme peut être présente mais en quantité trop faible. Dans ce cas, l’assimilation ne s’effectue pas non plus car il y a trop de lactose pour la quantité de lactase.

Déficit acquis ou temporaire

La lactase peut être présente en quantité trop faible dans l’organisme : soit de manière permanente, soit de manière temporaire.

La synthèse de la lactase s’effectue dès l’embryogenèse (formation de l’embryon humain) car, à la fin de la grossesse, le nourrisson a besoin d’assimiler le lactose qui lui est transmis par le lait maternel (ou le lactose des laits infantiles).

Dans certains cas, lorsque l’enfant arrête les biberons, le taux de lactase diminue naturellement et revient à une concentration d’une valeur de 10% du taux maximal obtenu.

Ce déficit est dit acquis car l’intolérance est irréversible. Sa seule cause est génétique.

La faible teneur en lactase peut cependant, pour d’autres, n’être que temporaire.

Elle peut être liée à un problème viral : un virus qui altérerait la partie supérieure de l’intestin où est produite la lactase.

L’intolérance peut également être liée à l'intolérance au gluten qui détruit les villosités de l’intestin.

Enfin, en cas de cancers, les traitements (chimiothérapie…) peuvent eux aussi jouer un rôle important dans cette pathologie. En effet, si la partie haute de l’intestin est détruite, la production de lactase est temporairement stoppée. Il faut alors plusieurs semaines pour que la paroi intestinale se reforme et permette ainsi la reprise de l’activité lactasique.

Prévalence de l’intolérance au lactose

Prévalence de l'intolérance - Valpiform

« Le Sud est nettement plus touché que le Nord. »

L’intolérance au lactose est une pathologie qui varie en fonction des zones géographiques. En effet, plus de 50% des français y sont confrontés contre 5% dans les pays nordiques. Les populations les plus touchées étant les populations asiatiques (avec plus de 90% de personnes atteintes) et africaines (plus de 80%), à l’exception des peuples nomades d’Afrique du Nord.

Aujourd’hui, près de 80% de la population mondiale serait intolérante au lactose.

Peut-on parler d’allergie ?

La réponse est clairement négative. En aucun cas le système immunitaire n’entre en jeu dans le mécanisme d’intolérance au lactose, contrairement à l'allergie alimentaire.

En effet, l’intolérance au lactose se manifeste par une absence ou une insuffisance en lactase. La cause est génétique ou environnementale.

En cas d’allergie aux protéines de lait de vache, la personne sujette subit une réaction de son système immunitaire, suite à l’intrusion dans l’organisme de protéines. A l’inverse, l’intolérance au lactose ne met pas en œuvre de réaction contre un composant. Il s’agit simplement d’une impossibilité de l’organisme à assimiler un composant.

Il faut donc parler d’intolérance au lactose et non d’allergie au lactose.

 


VALPIFORM

 

l’intolérance au lactose

Des symptômes différents d’un individu à l’autre

L’intolérance au lactose est une pathologie associée à de nombreux symptômes. En moyenne, ceux-ci se produisent entre 10 et 20 minutes après l’ingestion de lait ou de dérivés laitiers. Ils peuvent perdurer sur plusieurs jours.

Les manifestations sont moins importantes si le lactose est assimilé avec d’autres aliments.

La sévérité des symptômes est à mettre en relation avec la quantité de lactase. Moins la personne aura de lactase, plus l’intolérance sera importante et désagréable.

L’intolérance au lactose se manifeste par :

  • des ballonnements
  • des douleurs abdominales
  • des diarrhées ou constipations
  • fatigue chronique
  • trouble de la concentration

Il faut bien préciser que chaque être humain est unique. De ce rappel découle plusieurs conséquences à savoir une intensité de manifestations différente, un nombre de symptômes différent…

symptômes de l'allergie alimentaire - Valpiform

Comment faire le diagnostic ?

L’éviction

Le premier diagnostic possible, sans consultation, est l’éviction des produits laitiers de son alimentation. La disparition des symptômes est une preuve d’intolérance.

Des tests plus précis existent cependant.

Le test génétique

Consistant à prendre des cellules de la joue (récupérer des échantillons par la bouche en grattant sa paroi interne), ce test au demeurant très simple permet de savoir si la personne est soumise à une intolérance par analyse génétique. Cependant, ce procédé ne révèle rien sur une intolérance temporaire. Pour cela, il faut utiliser l’un des deux tests suivants.

Le Breath Hydrogen Test

Le lactose, lorsqu’il n’est pas absorbé, est transformé en gaz (notamment hydrogène). Ainsi, une personne intolérante au lactose verra, après consommation de produits laitiers, son volume expiré d’hydrogène supérieur à celui habituel. Le test se déroule donc de la façon suivante :

  1. Le volume d’hydrogène expiré est mesuré ;
  2. La personne qui suit le test consomme des produits laitiers ;
  3. 10 minutes après, son volume d’hydrogène expiré est de nouveau mesuré.
    Si la personne est intolérante au lactose, ce volume aura augmenté significativement.

Mesurer la glycémie

Si le lactose est digéré, il est transformé en glucose et en galactose. Ce glucose passe ensuite dans le sang. Après un apport de produits laitiers, la glycémie doit s’élever significativement. Un test permet de vérifier cette augmentation. Si le test démontre le contraire, une intolérance au lactose est diagnostiquée.

 

 

VALPIFORM

 

Traitement et régime en cas d’intolérance au lactose

Que faire en cas d’intolérance au lactose ?

Un moyen radical d’éviter les désagréments associés à l’intolérance au lactose est de se soumettre à un régime strict. Ce régime doit, pour être efficace, commencer dès le diagnostic de cette pathologie.

Quels produits contiennent du lactose ?

Le lactose est présent presque exclusivement dans les produits laitiers : laits, fromages, yaourts, beurres, crèmes. Outre les produits bruts, l’intolérance rend également impossible la consommation de gâteaux, pâtisseries et autres préparations.

Beaucoup de produits sont cependant sans lactose : fruits, œufs, viandes... Il existe même des produits laitiers garantis sans lactose ou à teneur réduite en lactose.

L’alimentation de l’intolérant peut être diversifiée en vérifiant de manière systématique l’absence de lactose dans les aliments consommés.

Attention à l’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) !

L’intolérance au lactose ne met pas en jeu le système immunitaire, à la différence de l’APLV (ou allergie au lait de vache). Une personne intolérante au lactose ne va pas forcément être allergique aux protéines de lait de vache.

Il n’est donc pas obligatoire de supprimer le lait si la quantité de lactase de l’organisme permet une assimilation, aussi faible soit-elle.

Existe-t-il des traitements pour l’intolérance au lactose ?

Régime sans lactose

Bien que les recherches continuent à l’heure actuelle, le régime d’éviction permet de supprimer les symptômes liés à cette pathologie. Le malade doit le suivre à vie. Le régime n’est cependant pas strict pour tous car il dépend de la concentration de lactase de chacun.

La lactase synthétique

L’autre possibilité de traitement est d’augmenter le taux de lactase au moyen de lactase synthétique. Poudres ou comprimés, ils permettent ainsi d’élargir la liste des aliments tolérés et ainsi mieux profiter des repas.

Dans tous les cas, il faut apprendre à se connaître ou plus précisément connaître son seuil d’intolérance et quels aliments sont tolérés ou non.

 

Prise en charge de l’intolérance au lactose

Nécessité de la prise en charge

L’intolérance peut, si elle n’est pas soignée, créer de gênantes manifestations pour la personne qui en souffre : crampes abdominales, diarrhées… Il est donc très important de la diagnostiquer afin de permettre des conditions de vie plus confortables.

Le gastro-entérologue peut effectuer le diagnostic et confirmer l’intolérance. Il est aidé par un diététicien pour l’établissement des menus dans le cadre du régime d’éviction.

Intolérance au lactose et réglementation

Prise en charge de l'allergie alimentaire - Valpiform

Aujourd’hui la présence de lactose est généralement renseignée sur les emballages des aliments. Ainsi, une personne intolérante est en mesure de savoir quel produit peut lui provoquer des symptômes ou non.

Cependant, il faut tout de même faire attention à ce que sa présence ne soit pas sous-entendue, l’ingrédient laitier (lait, fromage…) étant la seule mention pouvant faire allusion à sa présence.

La présence de lactose est également fréquente dans les médicaments. Il faut donc penser à vérifier leur composition.

Intolérance au lactose et autorités de santé

L’intolérance au lactose n’est pas considérée comme une affection de longue durée. De ce fait, les produits de substitution ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale.

 

VALPIFORM